Femmes Pompes Marron Jana Jana eHMNQddFD

SKU046839714143
Femmes Pompes Marron - Jana Jana eHMNQddFD
Dames Pompes Marron - Jana Jana
© Helb-I.Prigogine

Passeport pour l’excellence

Ouvrir les horizons, élargir les perspectives, développer ses potentiels… Suivre des études supérieures en Fédération Wallonie-Bruxelles, c’est faire le choix d’un enseignement de qualité, reconnu, démocratique et citoyen. C’est opter pour une formation au plus haut niveau et une formule adaptée à ses besoins. C’est développer ses compétences et ouvrir les portes de la vie professionnelle.

Critique de l’idéologie de l’adaptation . D’une manière générale, le recours à l’adaptation nourrit un conservatisme politique, car s’adapter à un état de fait est renoncer à une politique des fins. Si on invoque l’adaptation comme seule solution, c’est pour asseoir le there is no alternative , à la manière de Spencer qui, refusant de briser l’adaptation naturelle au progrès, invoquait le «laissez-faire» – pourtant, on sait depuis combien l’Etat doit intervenir pour laissez-faire le marché… Cette idéologie de l’adaptation est largement disséminée aujourd’hui Veterlaarsjes Bruin Soliver Red Label BCsJa
.

Critique de l’idéologie de l’adaptation

Si l’individu doit s’adapter au milieu, c’est que vous les avez séparés par la pensée. C’est en ce sens que Simondon invitait à « réformer tous les systèmes intellectuels fondés sur la notion d’adaptation »
Chaussures Ballerines Sofie Schnoor wjojUvn
Pompes Giulia Chaussures De Evita gWEx1vc
Bottes Pour Les Femmes Bottillons En Vente Taupe Cuir Suède 2017 1 353637 2 383940 3 414243 Dsquared2 Taupe YXb99
Sandales Avec Sangle Bleu Bleu / Royal Royal Tommy Hilfiger UKBWckBh0
Glisse Fleur De Velours Rochas M2ySsnH
Chaussures Chaussures À Lacets Par Loretta Loretta Qkl1VXd
Pompes Pour Le Noir Gabor Gabor 7tnT990
Plateau De Confort Femmes Wei Gabor UR3zHqp
Ladies Mocassins Marron Bpc Bonprix Sélection yh8i7R
. Cette réforme a une portée philosophique R Femmes Sandale Mersandalen Fred Bretoniere X2kTAkr
et épistémologique Slingback En Cuir Station Pompes Dorateymur gM8Ee
, elle a aussi une portée politique qui est plus que jamais d’actualité. Il faudrait questionner la manière dont ce mot d’ordre de l’adaptation gouverne nos écoles, nos hôpitaux, nos prisons, nos entreprises, etc. Partout autour de nous, l’adaptation opère comme une pétition de principe aux effets néfastes.C’est ce que pressentait Michel Tournier:

«La médecine ferait bien de creuser cette notion nouvelle de suradaptation, et l’école devrait prendre garde qu’à force de craindre que les enfants ne souffrent d’une quelconque inadaptation, elle n’en fasse tout à coup des suradaptés» Pantoufles Femmes Sable / Multicolor / Lumière Madeleine DO7yWhjJO
.

Nous sommes nombreux à sentir que ce dont on souffre n’est pas d’inadaptation mais bien d’hyperadaptation, d’essence managériale. Notre adaptation au milieu est telle, qu’on ne songe même plus à l’adopter.

Tout ingénieur, tout artiste, tout penseur sait qu’on n’innove pas, qu’on ne crée pas, qu’on ne pense pas en s’adaptant, mais en adoptant de nouvelles normes d’usage et de fonctionnement. Dans une certaine mesure, l’opposition entre adaptation et adoption rejoint celles entre audience et public ,entre consommateur et amateur , mais aussi entre usager et praticien . On ne s’adapte pas à une langue, on l’adopte, et c’est pourquoi il n’y a pas de mode d’emploi d’une langue. On n’utilise pasun piano, on le pratique, et la musique en tant qu’art est une relation d’adoption, non un rapport d’adaptation.

«Addiction» provient du verbe latin addicere , qui est un composé du latin dicere (dire), et qui signifie littéralement «dire pour», «être favorable à», «s’adonner ou se vouer à» quelque chose. L’adjectif addictus désigne plus particulièrement l’esclave pour dette.

Cette étymologie indique déjà le parcours qui peut être celui de toute «addiction» comprise en un sens étendu: depuis la faveur, le culte, l’attachement pour un objet, jusqu’à la dépendance et l’aliénation à son égard. Ainsi comprise, l’addiction n’est pas nécessairement pathologique, et l’on peut soutenir que l’existence humaine a quelque chose d’addictif, dans la mesure où elle se déploie comme désir, investissements et amours successifs.

700920 Femmes Pantoletten Dr 700920 Femmes Mules Dr Brinkmann Brinkmann Qgo4G

AB 2000 studies

Alain Boublil Blog

Femmes 7708 Pieds Trenner Inuovo FcKam0pC3S

Chaussures Pantoufles Ugg MOGyaw9

Le 29 mai 2005, les Français rejetaient à une large majorité le Traité constitutionnel européen que, pourtant, les «partis de gouvernement», c’est-à-dire le Parti socialiste, alors dans l’opposition, l’UMP et les centristes, avaient appelé à approuver. Cet anniversaire a donné lieu à de nombreux commentaires faisant le lien entre la montée en France du Front national et le succès, dans de nombreux pays, des partis «extrêmistes», dont la caractéristique commune, est le rejet de l’Europe telle qu’elle fonctionne aujourd’hui.

Pour ce qui est du Front national, il faut tout de même se souvenir qu’en 2002, à la surprise générale, Jean Marie Le Pen était arrivé deuxième à l’élection présidentielle avec plus de 17% des voix, et ce malgré ses prises de position sur Vichy et les camps de concentration. La «progression» de ce parti doit donc être relativisée. Mais l’essentiel n’est pas là.

Le «non» au référendum de 2005 ne résultait pas de l’hostilité des Français à l’égard de l’Europe mais du projet européen tel qu’il leur était présenté. Il y avait d’abord un problème avec ce que les juristes appellent la hiérarchie des normes. Le Traité donnait une valeur constitutionnelle à des principes que la majorité des Français rejetaient. Pour revenir en arrière, il aurait fallu que chaque Etat modifie sa propre Constitution; quand on sait ce que cela signifie en France, on a des frissons dans le dos. On doit d’ailleurs se féliciter de ce refus, car quand la crise financière puis la crise de l’euro sont survenues en 2008 et en 2010, les Etats européens ont du adopter une série de mesures. De simples lois ont permis de créer les différends fonds de soutien aux pays et aux banques en difficulté, alors que si le texte de 2005 avait été adopté, les procédures auraient été bien plus lourdes.

Le texte donnait aussi, par exemple, une valeur constitutionnelle au principe de «la concurrence libre et non faussée», au même titre que le suffrage universel ou le droit de propriété. L’intervention de l’Etat comme l’existence même des services publics devenaient pratiquement impossibles. C’est cela aussi que les Français rejetèrent. Mais on les induit en erreur quand on affirme aujourd’hui que la volonté populaire a été bafouée avec l’adoption du nouveau Traité qui reprenait de nombreuses dispositions du texte rejeté. Approuver un Traité que l’on a négocié et qui a été ratifié par le Parlement n’a pas du tout les mêmes conséquences que d’inscrire de nouveaux principes dans la Constitution. Surtout, et on doit lui en savoir gré, Nicolas Sarkozy, fit retirer du nouveau traité ses aspects les plus inacceptables comme justement la reconnaissance du principe de la concurrence libre et non faussée.

La crise de confiance dans l’Europe que nous traversons aujourd’hui et qui a les conséquences politiques que l’on constate à chaque élection et pas seulement en France, a une toute autre origine. Elle découle des principes qui ont été adoptés il y a vingt ans, au moment de la création de l’euro et de la tentation, assumée ou non, de l’Allemagne d’exercer sa domination économique sur le continent.

Le rôle des critères, inscrits dans le traité de Maastricht était de rendre impossible toute dérive inflationniste qui aurait résulté des déficits publics, tout en confiant à une banque centrale indépendante le soin de fixer le niveau des taux d’intérêt et de réguler l’évolution de la masse monétaire. Seulement la menace inflationniste a aujourd’hui disparu et d’autres formes de crise sont apparues, celle des subprimes, venue des Etats-Unis et celle qui a frappé certains pays européens du fait d’un endettement privé excessif. Si l’on excepte le cas particulier de la Grèce, les principaux pays touchés, l’Espagne et l’Irlande, étaient même cités en exemple pour leur respect des règles de déficit et d’endettement publics.

La récession qui suivit cette «double crise» eut, en revanche pour conséquence, du fait de la nécessité, pour tous les gouvernements de la zone euro, d’intervenir pour soutenir l’activité ou pour sauver leur système bancaire, une envolée des déficits et des dettes publics. Depuis, les instances européennes font pression sur les Etats signataires pour qu’ils reviennent à des déficits et à des taux d’endettement conformes au Traité qu’ils ont signé, d’où la stagnation économique qui frappe la zone, avec les conséquences que l’on voit sur l’emploi. Quand on réduit les dépenses publiques dans une période de sous-activité et de montée du chômage, on déclenche chez les agents économiques privés des comportements de précaution et d’attentisme qui pèsent sur les recettes ce qui, au lieu de favoriser le retour à l’équilibre des finances publiques, le dégrade: c’est le multiplicateur inversé dont la France a fait l’expérience en 2014. A l’inverse, les pays qui ne sont pas contraints par ces règles s’en sortent bien mieux, ce qui donne autant d’arguments aux pourfendeurs de l’Europe.

En même temps, on brandit, comble du paradoxe, le spectre de la déflation et la Banque Centrale Européenne s’assigne pour mission, non plus d’empêcher la hausse des prix de dépasser 2%, comme cela figure dans le traité, mais au contraire de la faire remonter juste en dessous de 2%! Et on se fixe même comme objectif de faire baisser l’euro, en contradiction formelle avec ses pères fondateurs. Si on avait dit, il y a 20 ans, quand ces critères ont été définis, qu’un jour on se trouverait dans cette situation, personne ne l’aurait cru. Or le monde a changé et l’inflation, dans les pays ouverts à la concurrence internationale comme ceux de la zone euro, n’est plus une menace sérieuse. Les gains de productivités dans tous les domaines, notamment dans les services grâce à la numérisation de la société, et les progrès faits dans l’exploration et la production des matières premières exercent une telle pression sur les prix que la demande additionnelle générée par une demande publique ou privée accrue, née du déficit budgétaire, n’a aucune chance d’enclencher un mécanisme inflationniste. Les contraintes mises dans le traité pour pallier un risque inexistant sont doncdevenues sans objet.

Quant à l’excès d’endettement public, dont le spectre est agité en permanence, il n’a pas grand sens pour la zone euro puisqu’il est très largement couvert par l’épargne financière de ses ressortissants. Celle-ci atteint des niveaux record, avec sa contrepartie logique, un excédent massif des paiements courants extérieurs. Or c’étaient ces deux risques qui avaient justifié l'adoption de ces règles. La logique voudrait, sinon qu’on s’en affranchisse, du moins qu’on les réforme pour les adapter au monde d’aujourd’hui. Non seulement la question est tabou, mais un pays, l’Allemagne, qui a pourtant bénéficié de l’indulgence de ses partenaires durant les quinze années qui ont suivi sa réunification, en rajoute sur le terrain de la rigueur.

Deux explications, l’une irrationnelle, l’autre plus inquiétante. Il y a d’abord la peur que «le contribuable allemand doive payer pour les inconséquences des autres pays». D’abord le contribuable allemand, qui est aussi un salarié, est bien content quand les consommateurs des autres pays achètent ses produits. Le pays réalise la majorité de ses excédents avec ses voisins, dont la France. La première victime d’une aggravation de la crise dans la zone euro serait donc l’Allemagne elle-même. L’autre explication possible, c’est que ce statut de bon élève de l’Europe réveille chez ses dirigeants un appétit d’influence et de puissance que son statut politique lui interdit. Il y aurait là une sorte de compensation au fait que la diplomatie allemande, sauf quand il s’agit de traiter avec Moscou, est inexistante: absence de siège permanent au Conseil de sécurité et de rôle militaire dans les multiples conflits qui agitent la planète, qu’il s’agisse de l’Afrique ou du Proche et du Moyen-Orient.

Et si l’on ajoute que la bureaucratie bruxelloise, elle, est ravie de son rôle de gendarme, on comprend que les motifs d’inquiétude ne manquent pas quand à la pérennité du soutien des peuples à un projet qui est sorti de sa logique initiale et qui ne donne plus les résultats escomptés. Il faut donc plus qu’un assouplissement des critères budgétaires dans la zone euro, une véritable remise à plat.

Comments

No comments yet.

Vous devez vous inscrire pour poster un commentaire : Stecys Sandales Habillées En Argent Femmes Steve Madden Yvaup

Lettre d'informations

Catégories

Informations

Unisexe Adulte Ctas Vintage Boeuf Baskets Converse Kaki 3TmslMg1

Pompes Et Talons Hauts Pour Les Femmes En Vente Noir Cuir 2017 39 Michael Kors Pompes Et Talons Hauts Pour Les Femmes En Vente 2017 OLGjGtzkTk

Informations sur votre boutique